Communication ARS

L’ARS Guadeloupe met en œuvre son plan d’actions urgence

20/01/14 – 12h37 – HOSPIMEDIA |
Le 15 janvier dernier, l’ARS de Guadeloupe a présenté son plan d’actions urgence, des mesures pour l’essentiel centrées sur le CHU de Pointe-à-Pitre, établissement qui enregistre le plus grand nombre de passages aux urgences (près de 50 000 annuels sur un total de 70 000) et nécessite « une amélioration rapide des circuits et moyens affectés« , précise l’agence par communiqué. Il est ainsi programmé ce premier trimestre le déplacement du service de médecine légale, remplacé en lieu et place par une filière courte dotée en permanence de deux Infirmiers d’accueil et d’orientation (IAO) et a minima d’un interne. Cela doit également s’accompagner d’ici juillet de la mise en place d’un circuit d’urgences gériatriques. Un court séjour gériatrique est aussi envisagé mais son ouverture dépendra de l’importance des travaux à effectuer et de leur coût.Toujours au CHU, il est annoncé à une date « indéterminée » (en fonction de la disponibilité de locaux) d’y créer une unité post-urgences d’environ 8 lits pour des patients sortant de l’Unité d’hospitalisation de courte durée (UHCD). L’établissement pourrait également doter son Samu d’un hélismur, l’ARS soulignant qu’une étude d’opportunité va être menée pour déterminer si un tel hélicoptère, aux côtés de l’actuel de la Protection civile, garantira mieux la prise en charge en moins de 30 minutes des situations urgentes. Il est également programmé d’ici à juillet une astreinte opérationnelle des radiologues privés pour alléger la charge de travail du service d’imagerie du CHU. Enfin, la surveillance des services d’urgences va être optimisé par sous-traitance via des agents de sécurité.Par ailleurs, l’ARS signale l’installation d’un réseau des urgences à l’échelon de la Guadeloupe financé via le Fonds d’intervention régional (Fir) pour les postes de coordonnateurs médical et administratif. À charge pour eux d’orienter au mieux les patients en pré et post-urgence. Enfin, l’agence chiffre à six le nombre de postes de Médecins correspondants du Samu (MCS) nécessaires : Côte sous le vent (1); Nord Grande-Terre (1); Moule, Sainte-Anne et Saint-François (2); Marie-Galante (1); Côte sous le vent de Basse-Terre (1). Recrutés par le Samu et formés par le Centre d’enseignement des soins d’urgence (Cesu) guadeloupéen, ils bénéficient d’une enveloppe de 100 000 euros au titre du Fir.
Thomas Quéguiner

Laisser un commentaire